Ne les crois pas - Sebastian Fitzek


Editeur: Le livre de poche
Année d'édition V.O.: 2007
Genre: thriller
410 pages

Quatrième de couverture:
Ils te diront que le suis morte ! Yann May, célèbre psychologue berlinois, est au téléphone avec Leoni, sa fiancée. La liaison est mauvaise, hachée. Toutefois, il l'entend dire: "Ne les crois pas. Quoi qu'ils te disent, ne les crois pas... " Alors qu'il est encore en ligne, un policier sonne et lui annonce la mort accidentelle de Leoni, une heure plus tôt... Quoi qu'ils te disent...
Huit mois ont passé. Ira Samin, une psychologue de la police, a décidé d'en finir. Mais, alors qu'elle s'apprête à passer à l'acte, un de ses collègues vient la chercher pour l'emmener dans une station de radio. Un forcené s'est retranché dans un studio et menace d'abattre un à un ses otages. ... ne les crois uni ! Ira est chargée de mener les négociations. Bien vite, elle comprend que Yann a tenté ce coup de poker pour retrouver Leoni, qu'il refuse de croire morte. Et il est vrai que certains de ses arguments sont troublants...

_____

J'adore lire ce mec. Je ne lis que très peu de thrillers (psychologiques ou non) mais c'est toujours un plaisir de me mettre dans l'un de ses romans. Au même titre que les précédents que j'ai lu, je l'ai dévoré.

L'action se déroule très vite: une journée racontée en 400 pages. Ça donne un rythme de journée soutenu et on ne s'ennuie pas. On retrouve aussi les petits chapitre de Fitzek, ceux qui peuvent faire que 10 ou 20 lignes. J'aime aussi ce genre de construction.

Au début, bien sûr, on pose le décor, vite fait bien fait. Un prologue pour nous raconter le coup de fil puis c'est direct la prise d'otages. La tension monte et le rythme s'intensifie, c'est assez riche en rebondissements jusqu'au bout. Les personnages ont des secrets qui nous sont dévoilés que parsemés sur la journée.

L'histoire est bien menée, bien qu'elle soit assez classique (plus que Thérapie ou Tu ne te souviendras pas). Une prise d'otage, un négociateur avec de lourds secrets, un chef qui à fait appel à lui sous la "menace" d'un collègue... Ça m'a rappelé les films que je regardais avec ma mère il y a quelques années de ça.

C'était une bonne lecture qui m'encourage à en lire davantage de cet auteur.


Logo Livraddict

Merci Tata pour le prêt. J'ai râlé sur ma pile à lire, mais ça valait le coup !
=-D

Quelques pages cornées

4

"La dernière fois qu'elle était passée, elle s'était tout bonnement emparée de cinq mille euros. "En guise de dédommagement pour notre vie commune", avait-elle griffonné sur son propre papier à lettre. Salope ! Comme si la pension qu'il lui versait tous les mois n'était pas assez élevée pour les rares moments de bonheur qu'elle lui avait prodigués, en quatorze ans de mariage !"


23

"-Prenons l'exemple de la vie conjugale, poursuivit Yann. En tant que psychologue, j'ai pu observer à maintes reprises que, plus il y a de secrets dans un couple, plus l'amour est fort. Rien n'est plus ennuyeux qu'une histoire dont nous connaîtrions déjà la fin. Et rien ne nous rapproche plus qu'un grand point interrogation. Que pense vraiment ma partenaire? Est-ce qu'elle me restera toujours fidèle? Partageons-nous la moindre émotion, ou éprouve-t-elle aussi des sentiments qu'elle me dissimule? Soyons honnête, personne ne souhaite vraiment obtenir de réponses à ces questions. C'est grâce à cette part de mystère que notre amour garde toute sa saveur."

Commentaires

  1. J'aime beaucoup Fitzek mais j'avais moins apprécié cette lecture et été très déçue parla fin (^-^) J'avais adoré "Thérapie" mais je n'ai pas encore lu "Tu ne te souviendras pas".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Puisque tu as adoré "Thérapie" je te conseille de lire "Le Briseur d'âmes" ;)

      Supprimer
  2. Je n'ai pas encore lu de livre de Fitzek mais je compte bien y remédier cette année.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui ! Mais qu'est ce que tu attends? ;)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

N'hésites pas à publier un commentaire, je ne les modère que pour être sûre qu'il me passera sous les yeux. ;-)