Carrie - Stephen King

"Dépêche A.P. 27 mai 1979. 23h46.
Un sinistre d'une ampleur tragique frappe la ville de Chamberlain, Maine. Des centaines de morts..."
  Une mère puritaine obsédée par le diable et le péché; des camarades de classe dont elle est le souffre-douleur : Carrie est profondément malheureuse, laide, toujours perdante.
  Mais à seize ans resurgit en elle le souvenir d'un "don" étrange qui avait marqué fugitivement son enfance : de par sa volonté elle pouvait déplacer les objets à distance. Et ce pouvoir réapparaît aujourd'hui, plus impétueux, plus impatient...
  Une surprise bouleverse soudain la vie de Carrie : lorsqu'elle est invitée au bal de l'école par Tommy Ross, le boy-friend d'une de ses ennemies, n'est-ce pas un piège plus cruel encore que les autres?

1974 / horreur / fantastique / J'ai lu / Le livre de poche / 253 pages

  Et voilà ! Un King de plus ! Et pas n'importe lequel, le tout premier.

  Je l'ai lu avec Colorandbook (sa chronique ici) pour un jeu auquel on participe sur Livraddict, le Dungeon Book Monster. Il s'agit de taper des monstres ou de se taper dessus en équipes à coup de pages lues. C'est plutôt cool. Alors on a profité qu'on l'avait chacune dans notre PAL pour avoir un petit bonus d'attaque. ;-)

  Quand je l'ai commencé j'étais un peu toute chose. C'est avec une adaptation de Carrie que j'ai connu S. King quand j'étais gosse, et j'avais A-DO-RÉ. Je le regardais pratiquement à chaque fois qu'il passait.
  Bon, du coup c'était un peu de la triche, je connaissais la fin et la première moitié ne m'a pas parue longue. Je me suis un peu dépêchée pour le lire pour atteindre le bal de horreur. (la patience est une vertu, je sais)

  Le roman est divisé en trois parties.
  Premièrement, on pose le décor. Carrie, sa fanatique de mère, ses camarades de classe qui sont des salauds avec elle, et l'événement qui déclenchera tout. On sait tout, petit à petit, avec des passages de deux temps. A la fois l'avant bal et l'après bal à travers des dépêches ou extraits de livres/articles paru à la suite de la catastrophe.
  Ensuite, une fois que Tommy a invité Carrie, il y a le bal. Le bal et la catastrophe qui a suivit. Evidemment, on se doute que tout ne tourne pas tout rond et que le bal devient un prétexte pour se foutre encore une fois de sa gueule. C'est réussi ! Cette partie je l'ai gobée !
  Et pour finir, l'après bal. Le bilan de la nuit. 

  L'histoire se déroule assez rapidement. Sur moins de deux semaines, peut-être une, en sautant des jours inutiles à la compréhension de l'histoire. Résultat: ça se lit hyper vite ! Pour un premier roman, c'est une petite bombe ambulante (sans mauvais jeu de mot, bien entendu). Quand on lit Carrie, on comprend que ce mec ait fait carrière en tant que romancier. Qu'aurait-il pu faire d'autre?

Je pense que je lirais prochainement un King. A chaque fois ça me met à bloc ! 8D

A bientôt !


Sélection de pages cornées

Première partie
Le jeu du sang


"Pour finir, il en ont même fait un film. Je l'ai vu en avril dernier. En sortant de la salle j'ai failli vomir."

Deuxième partie
Le bal


"(je suis désolée maman mais je ne peux pas être désolée)"

"Une fois l'opération terminée, il allait la travailler, la posséder jusqu'à ce qu'elle crie grâce, il allait lui rentrer dedans comme un épi de maïs dans une motte de beurre."

Commentaires

  1. King est un géni je go rajoute ta chronique c'était un plaisir. J'espère en refaire d'autre un jour. Bonne journée

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

N'hésites pas à publier un commentaire, je ne les modère que pour être sûre qu'il me passera sous les yeux. ;-)