Fahrenheit 451 - Ray Bradbury

"451 degrés Fahrenheit représentent la température à laquelle un livre s'enflamme et se consume.
Dans cette société future où la lecture, source de questionnement et de réflexion, est considérée comme un acte antisocial, un corps spécial de pompiers est chargé de brûler les livres dont la détention est interdite pour le bien collectif.
Le pompier Montag se met pourtant à rêver d'un monde différent, qui ne bannirait pas la littérature et l'imaginaire au profit d'un bonheur immédiatement consommable. Il devient dès lors un dangereux criminel, impitoyablement pourchassé par une société qui désavoue son passé."

1953 / science-fiction / Folio SF / 236 pages


  Alors tout d'abord, j'aimerais vous dire que c'est mon premier bookclub / club de lecture, et que ça se passe sur Livraddict dès aujourd'hui! Ça faisait un moment que je voulais le lire et c'était la bonnes occasion pour me lancer. Et il est encore plus terrible que ce qu'il ne paraît.

  Côté style, c'est particulier. Il y a beaucoup de métaphore. Même énormément. A ma grande surprise ça ne m'a pas plus dérangé que ça. Le temps d'adaptation est court, c'est bien écris. Les métaphores illustrent bien les propos de l'auteur et ça faciliterait même la lecture. Je pense qu'il y en a quand même un peu trop, mais soit, simple avis personnel.
Autre chose: le style fait froid dans le dos tant il est intemporel. C'est écrit d'une manière qu'on ne puisse pas dater les faits. Donc que ce soit en 1953 ou aujourd'hui, on peut s'imaginer Montag comme étant un de nos successeurs et l'autodafé des livres comme notre futur. C'est flippant.

  Dans cette société, les gens sont poussés à l'individualisme. On se fout de ceux qui nous entourent et eux se foutent de nous. On suit le troupeau et basta!
  "Lire c'est foncer droit dans le mur et le malheur. Soyez heureux et divertissez-vous." Voilà le speech de vie de cette société. Et je ne peux pas m'empêcher de me dire qu'on y va tout droit. Ces gens regardent sans cesse leurs écrans devenus des murs entiers, suivent la "famille". Mais on constate bien assez vite qu'ils ne parlent pas de leur famille, la vraie, celle qui nous entoure aujourd'hui. Les émissions sont écourtées, tout est fait pour empêcher les gens de penser, de réfléchir pour qu'ils ne soient pas malheureux. Ou surtout pour ne pas qu'ils s'en rendent compte...
  Et Montag, pompier malgré lui, ressent un malaise depuis la rencontre d'une voisine cultivée. Un besoin de lire s'empare de lui. Il brûle de savoir pourquoi il a incendié des milliers de livres en plus de dix ans.
  Ce livre me conforte dans ma nouvelle façon de vivre. Ou du moins mon évolution de vie, c'est comme ça que je la vois. Je n'allume plus ma tv que 2 à 3 fois par semaine pour regarder une série, film ou jouer à la PS. Je ne me déferais jamais je pense des jeux vidéos (et je ne suis pas la seule ici, croyez moi), et je choisi ce que je veux regarder, je ne jette un œil au programme tu qu'une fois par mois voire moins encore. Ça me permet d'avoir plus de temps pour moi et mes amis, ma famille, même si je ne suis pas particulièrement proche des gens.
  Il y a peu, nous sommes allé chez des amis et j'ai discuté un peu de ce qui se faisait aujourd'hui à la tv ... J'ai pris peur, vraiment. Exemple que mon amie m'a cité: des gens qui achètent je ne sais combien de dollars un box pour savoir ce qu'il y a à l'intérieur. Soit, c'est une pratique que je peux comprendre, ils sont joueurs c'est tout. Mais ce qui me déconcerte, c'est les téléspectateurs qui suivent chaque épisode avec un intérêt particulier... Alors qu'ils se foutent royalement que leur voisin est un "putain de sale immigré" qui a juste envie de vivre, plutôt que de survivre au milieu de nulle part qui était une belle ville dans un beau pays avant que des bombardements ou tout autre catastrophe humaine ne la ruinent.
  Je ne vais bien entendu, pas parler des fils à papa et autre poufiasse qui sont payés à faire la tour toute la nuit et le matin suivant, pendant que ces mêmes téléspectateurs se demandent comment ils vont bien pouvoir payer les prochaines factures à tomber, la bouffe, les études de leurs enfants et pourquoi pas un petit iPhone aussi tient?
  Évidemment, je ne met pas tout le monde dans le même sac et j'exagère. Dans la vie je pense être moins idiote que mon mini speech. Et je sais bien qu'il a aussi des émissions de qualité, mais là encore c'est subjectif j'imagine. C'est simplement un coup de gueule, ça fait du bien. Je me demande simplement comment on en arrive à chambouler les priorités chacun à notre échelle individuelle pour que ça devienne national. Voilà tout.

  Bon, ce livre, vous l'aurez compris, m'a révolté et continue encore. Il me conforte dans certains de mes choix de vie et m'a fais réfléchir. A l'heure où j'écris ces lignes je ne l'ai terminé qu'hier alors ma réflexion est loin d'être aboutie. Il y a déjà plein de choses que je voudrais écrire mais je ne veux pas vous tenir la grappe toute la soirée avec ça, ce n'est pas le but de l'article.

  Ce livre est à mettre entre toutes les mains. Sincèrement. Il me donne envie de lire davantage, et j'espère qu'il en sera de même pour vous qui le lirez, ou l'avez déjà lu.
Racontez moi.


Quelques semaines plus tard, le jour du BookClub de Livraddict:

Bon, alors voilà, j'ai écris ça sur une impulsion juste après avoir terminé ce livre. Ça m'a fait remonter pas mal de choses en têtes. Je n'ai aucune envie de modifié ce que j'ai écris, même si parfois je suis un peu partie en cacahuète. Mais j'assume.

Merci encore d'être passé par là, et si vous avez des réactions ou un point de vue à exprimer, des choses à dire, etc. Allez-y, mon blog est ouvert aux discussions :-)

A bientôt !

Commentaires

  1. Je partage ton point de vue !
    Heureusement que certains livres savent mettre par écrit que qu'on ressent (et en étant moins violent dans les propos).
    Le pire, c'est que la situation n'a pas changé depuis toutes ces années...
    Avant, tu regardais beaucoup la télévision ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, heureusement ! Mais ça ne suffit pas ^^
      Je regardais pas mal oui, sans trop la regarder. Disons au moins un soir sur deux je la regardais en faisant du crochet, et des fois des après midi les weekends.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

N'hésites pas à publier un commentaire, je ne les modère que pour être sûre qu'il me passera sous les yeux. ;-)