De mon rapport aux classiques


Bonjour !

Aujourd'hui, je vous propose un peu de blah blah livresque. Ca faisait longtemps !

Bien souvent (trop souvent?) quand on entend parler de la littérature, la vraie, on parle des classiques. Parce qu'il n'y a que ça de vrai. Les bon vieux classique indémodables. Si tu ne lis pas de classiques, tu n'est pas un bon lecteur. Et quand on inclus des romans plus récents (ha oui, j'ai oublié de vous dire, la littérature c'est des romans aussi), les vrais bons livres vont être classés dans la littérature blanche, ou contemporain, ou qu'importe du moment que ça ne parte pas trop en cacahuètes (des lézards géants et des robots qui parlent? vraiment?).

Mazette !

Je ne suis tellement pas d'accord !

Quand on me demande ce que je lis, désormais je n'ai plus froid au yeux: "je lis principalement de la SF et de la fantasy." Et point. Je ne ressent plus le besoin de me justifier en indiquant aussi que je ne rechigne pas sur un bon roman contemporain, car il est aussi bon de redescendre sur terre (ha oui, apparemment la science-fiction ce n'est pas sur Terre). Parce que, pardon, mais si ce qu'on appelle les littératures de l'imaginaire ne sont pas de la littérature, alors qu'est-ce que c'est ? 

Assez souvent, aussi, on me demande si je lis des classiques (si si, je vous jure). Alors là, c'est mon malin plaisir que de parler de mes classiques préférés tels que La Planète des singes, Chroniques martiennes ou encore Je suis une légende. Juste pour le plaisir de voir la tête de la personne en face de moi. Bon, bien entendu, je lis aussi des "vrais" classiques, ceux que la plupart imagines être LES références en la matière (exemple de Of Mice and men de Steinbeck, que j'ai adoré relire très récemment). Je reste humaine après tout !


Bref, mon but aujourd'hui, contrairement au apparences (j'en ai bien conscience), n'est pas de pointer du doigt untel ou untel et dire qui à raison ou tord. Non. Mon but est tout simplement de pousser un petit coup de gueule tout gentil et rappeler un peu (au moins sur la toile) que la littérature est juste de la littérature. Et là, j'ai même envie de vous citer Benoît Poelvoorde:

La littérature est un grand mot, souvent utilisé avec emphase; alors que c'est avant tout un rendez-vous qui nourrit chacun de nous.

Sans vous mentir, cette citation est sur le contre-plat du cahier sur lequel j'écris mes chroniques depuis des années. Et je l'apprécie toujours autant qu'elle me fait grincer des dents, pour les raisons citée plus haut. A la relire, elle me rappelle pourquoi je lis, et surtout pourquoi je lis ce que je lis.

Et plus je lis, plus je prends du recul sur tout ça. Sur les livres que je lis, ceux que je n'ai pas encore lu et ceux que je ne compte pas lire. Jamais de la vie je ne lirais Proust et sincèrement, qui est arrivé au bout du Rouge et le noir à 15 ans ? La lecture, telle que je la vois, est un loisir qui me met les neurones en ébullition, certes, mais qui est aussi là pour me procurer un certain plaisir.

S'il y a bien une chose que j'ai bien constatée au fil de mes lectures, c'est que les littératures de l'imaginaire font bel et bien réfléchir autant qu'elles divertissent. Elles font réfléchir sur notre passé, notre futur et surtout sur ce que nous sommes au présent. Tout comme les autres littératures, voire encore plus en avant dans le futur avec la science-fiction parfois. Mais qu'importe. Ce n'est pas le propos, et surtout, je n'ai pas l'intention de vous sortir un essai de 200 pages sur "La Littérature n'est qu'une suite de mots à but de réfléchir, qu'importe le genre, lisez!" xD

Et puis, à tous ceux qui invoquent la belle écriture de la "vraie littérature"... je vous recommande de lire Cygnis de Gessler ou encore La Horde du contrevent de Damasio. Vous voulez de la poésie et de la philosophie ? Et bien vous serez servis ! Ou même en restant dans l'actualité: Le Sorceleur de Sapkowski. Je dois juste vous prévenir, ce n'est pas toujours joli joli. On parle là de guerre et de quête ultime. Juste de quoi activer un neurone ou deux, rien de bien méchant.

J'aimerais aussi en profiter pour dire un petit mot aux parents qui se plaignent que leurs enfants "ne lisent pas... rien que des bandes dessinées... la loose quoi". (Oui, ça aussi on me l'a sortit, j'étais sur le cul) Cessez de vous plaindre et faites une petite recherche ou allez voir votre libraire/bibliothécaire (c'est leur métier, souvenez-vous en!) qui leurs trouveront bien quelque chose à leur mettre sous la dent, histoire de leur faire réfléchir tout en appréciant une belle planche. Parce que oui, à mes yeux la BD, les mangas, comics et tout ce qui s'en rapproche, est aussi de la littérature pour la simple et bonne raison qu'il s'agit là d'histoires racontées (certes en images) à but de susciter la réflexion. N'est-ce pas un bon compromis, plutôt que de les forcer à lire des romans qui peuvent leur paraître insurmontables de par leur épaisseur et provoquer en eux une frustration qui les éloignera de la littérature ? ;-)


En bref, j'aimerais terminer sur quatre mots: A chacun ses classiques. Qu'importe que vous lisiez Emile Zola, Stan Lee, Guillaume Musso ou Andrzej Sapkowski, puisque vous lisez. Je ne crois pas un instant en la mauvaise littérature. Je ne crois qu'en la littérature, la vraie. Celle qui donne du grain à moudre. Que ce soit un thriller, de la SFFF, un classique ou même une romance, avec ou sans image. Chaque oeuvre a son mot à dire, qu'importe le plan sur lequel il se situe. Bien que nous vivions tous sur la même planète, nous sommes tous touchés par différentes choses. Et c'est ce qui fait notre unité, paradoxalement.

Ne nous laissons plus faire et lisons ce qui nous touche. Lisons ce qui nous excite, nous rend plus fort et nous fait pleurer. Nourrissons-nous.









Commentaires

  1. Je me sens un peu seule, mais j'ai bien lu en entier Le Rouge et le Noir à 15 ans et j'avais adoré, mais en effet, j'étais la seule sur une classe de 30...
    Mais je suis à 100% d'accord avec ton article !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha! Ben tu sais quoi, étrangement, tu me rassures à me dire que tu avais adoré ! Au moins, ce n'est pas chose impossible :)
      Mais je crois me souvenir qu'une fille l'avais terminé à temps, et deux autres en retard seulement. Je n'ai jamais pu aller au delà du chapitre 10. Ce livre ne m'a tellement pas parlé à cette époque, impossible d'entrer dedans !

      Supprimer
  2. je te rejoins totalement. Moi je suis fan de littérature jeunesse et je dois toujours me justifier face aux "mais pourquoi tu ne lis pas de la VRAIE littérature ?"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha oui ! Je n'y ai pas pensé sur l'instant mais la littérature jeunesse entre totalement dans la catégorie des littératures injustement rabaissées... Il y a pourtant des pépites !

      Supprimer

Publier un commentaire

N'hésites pas à publier un commentaire, je ne les modère que pour être sûre de le lire. ;-)